Le phare de Cordouan est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO ! Le phare de Cordouan est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO ! Le phare de Cordouan est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO !

Exposition « De l’orient à l’océan » de Nicolas Camoisson

Photographe et calligraphe, Nicolas T. Camoisson se situe à la croisée des chemins, entre orient et occident. L’exposition retrace sa résidence d’artiste passée au phare de Cordouan au mois de juin.

L'artiste : Nicolas Camoisson

Il passe son enfance au Moyen-Orient, où il vit entre la Syrie et le Liban pendant 20 ans. Autodidacte, il réalise ses premiers films à 14 ans, à Damas, se tourne ensuite vers l’image fixe à 18 ans comme photographe de Presse et Reporter de Guerre pour plusieurs agences, médias arabes et publie de nombreux livres.

Arabisant et spécialiste du monde arabe, il intervient après les attentats de Charlie Hebdo dans plusieurs centres de détention en France à la demande du Ministère de la Justice. Il y dispense des cours sur le Moyen-Orient et de calligraphie auprès des détenus radicalisés, condamnés pour terrorisme.

Les conflits en Orient compliquent l’exercice sur le terrain et pousse le photographe à envisager d’autres projets en intégrant toujours l’environnement naturel et l’humain. Les rencontres au gré de précédents ouvrages lui ouvrent les portes d’un monde encore jamais
abordé : les mers.

Nicolas s’engage dans un travail de fond sur le monde de la pêche dans le Golfe de Gascogne et bien au-delà de nos frontières. Pour être au plus proche, s’informer, comprendre, s’immerger, il a suivi une formation pour devenir marin professionnel.

Son projet d'exposition

Au printemps 2020, sa résidence sur le phare du Bout du Monde à La Rochelle est consacrée à la calligraphie, sur le thème des voyages de Sindbad le marin : un moment de création, de symboles, un parcours. C’est à ce moment que se dessine une passerelle entre les deux mondes qui l’animent : l’Orient, l’histoire du monde arabe, des sciences, des cultures, des arts et aussi l’islam radical, les conflits, sa politique, sa géopolitique… Et notre histoire en Nouvelle-Aquitaine, en France, en Europe avec le monde de la pêche, le Brexit, les quotas, les territoires de pêche, le réchauffement climatique.

Cordouan concrétise ce passage, cette passerelle entre ses orients et l’océan. Aborder, une aventure comme celle-ci, sur un monument majestueux au milieu de la mer, peut avoir l’aspect d’une retraite, d’un isolement : l’océan, un phare, une lanterne, les bancs de sable, le rythme des marées, l’horizon et encore l’océan…

C’est d’abord avec son matériel de calligraphie qu’il a débarqué. Il illustre les premiers moments sur le phare par l’écriture au pinceau et ses calames (plume en bambou). L’appareil photo est peu à peu venu dans ses mains. De retour sur la terre ferme, il retrouve le pinceau, choisissant une technique ancienne pour tirer ses photographies. Le cyanotype s’est imposé par sa couleur bleue.

Nicolas T. Camoisson nous embarque dans le monde de la mer, les coups de pinceaux qui estompent ou marquent les limites des images font sens avec les calligraphies. Cette exposition joint le geste à l’image, l’image aux mots.

Dans le cadre de sa résidence d’artiste sur le phare de Cordouan et le commencement du projet Terre/Mer, de nombreux partenaires soutiennent sa démarche.

Suivez nos actualités

Suivez aussi le quotidien
des Gardiens du Phare