Vous êtes ici : Phare de cordouan / Gestion du site / L'Etat, propriétaire

Cordouan, phare et monument propriété de l'État

Le phare de Cordouan est un lieu en mutation. Sa fonction historique de repère pour les marins n'exige plus la présence permanente de techniciens des Phares et Balises. Mais Cordouan est aussi un monument historique, classé en 1862, et ouvert aux visiteurs depuis plus longtemps encore. Les services de l'Etat, en particulier ceux des Ministères de l'Écologie et de la Culture, ont pour mission de préserver ce bâtiment exceptionnel dans cette double fonction de signal pour les marins et de monument.

Cordouan, signal pour les marins

Pour les gens de mer, le phare historique de Cordouan est un Établissement de Signalisation Maritime (E.S.M) à l'entrée de l'estuaire de la Gironde. Le navigateur le reconnaît grâce à sa signature lumineuse : trois occultations sur une période de 12 secondes. La portée du phare est de 19,5 milles marins du phare, soit un peu plus de 36 km.
Situé sur un plateau qui porte le même nom, Cordouan constitue une aide pour tout navigateur qui veut emprunter l'estuaire de la Gironde par la passe principale (avec son feu à secteur vert) ou la passe sud (avec son feu à secteur rouge).

Cordouan et l'évolution des techniques

À son allumage en 1611, le feu de Cordouan était alimenté par un mélange de bois, de poix et de goudron et installé dans un petit dôme à une hauteur de 37m au-dessus de la mer. L'éclairage, au fil des siècles, a été successivement alimenté par du blanc de baleine, du charbon, différentes huiles (à partir de 1790), du gaz de pétrole (à partir de 1907) pour être assuré à partir de 1948 par l'énergie électrique. La puissance nécessaire est passée de 6000 à 250 watts, grâce à une ampoule aux halogénures métalliques. Ces changements techniques ont permis de conserver la portée du phare en diminuant sa consommation énergétique.
Aujourd'hui cinq groupes électrogènes alimentent deux groupes de douze batteries desservant l'ensemble des installations électriques du phare. Ce dispositif a été complété en 2012 par un télé contrôle qui permet de connaître 24h/24 l'état de fonctionnement du feu. Les installations techniques ont gagné en autonomie, mais elles exigent toujours l'intervention et la surveillance continue de l'homme. C'est pourquoi l'équipe des Phares et Balises (DIRM Sud Atlantique) veille au bon fonctionnement du feu depuis le Verdon sur Mer et se tient prête à intervenir.

Cordouan, Monument Historique

Battu par les vagues à marée haute, lessivé par les tempêtes, Cordouan subit des conditions extrêmes qui imposent une politique d'entretien coûteuse et complexe.
En 2005, deux ministères – Culture et Équipement/Écologie – et les collectivités territoriales s'accordent sur le financement de travaux urgents et spectaculaires. La partie du phare la plus exposée à la houle est désormais protégée par une carapace de béton et ancrée au sol grâce des pieux d'acier.
Le chantier de l'étanchéité de la couronne a été engagé par le Ministère de l'Écologie en 2010 et s'est terminé en 2014. une nouvelle campagne de travaux est lancée depuis 2015. Ce projet est révélateur de la mutation du site, dont la gestion quotidienne a été confiée par l'État au SMIDDEST. Un plan de gestion donnant un horizon clair pour l'avenir du phare permettra de dégager les moyens nécessaires à sa préservation, dans la perspective d'un classement au patrimoine mondial de l'humanité.
Une nouvelle gouvernance du site est à inventer, associant l'État, les collectivités et l'ensemble des personnes qui se mobilisent pour l'avenir de Cordouan.