Vous êtes ici : Phare de cordouan / Gestion du site / Candidature Unesco

En route vers le Patrimoine mondial

Si vous pensez que Cordouan possède une Valeur universelle exceptionnelle, et mérite un classement au Patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO, inscrivez-vous gratuitement pour devenir membre du Comité de soutien :

Soutenez la candidature de Cordouan !

(uniquement pour être tenu(e) au courant de l'avancée de la candidature)

* champs obligatoires

En application de la loi n° 78-17 du 06 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez des droits d'opposition (art. 26i), d'accès (art. 34 à 38) et de rectification (art. 36) des données le concernant. Pour cela, contactez-nous par mail à l’adresse contact@smiddest.fr

La démarche est lancée

 

# Une démarche de candidature engagée en 2016


Depuis 2002, Cordouan figure sur la liste indicative des monuments susceptibles d’être inscrits par l’UNESCO sur la liste du Patrimoine Mondial. La démarche de candidature a été engagée en 2016. Le dossier est porté par le SMIDDEST, le Ministère en charge de la Signalisation Maritime et le Ministère de la Culture.

 

// Plusieurs étapes à franchir


En France, avant de présenter un dossier à l’UNESCO, un candidat doit valider plusieurs étapes. Le Comité National des Biens Français pour le Patrimoine Mondial (CNBFPM) rend un avis sur toutes les candidatures françaises, aux différentes étapes de l’élaboration du dossier. Il y a trois étapes au niveau national à franchir : la démonstration de la valeur universelle exceptionnelle, la définition du périmètre du bien de sa zone tampon, et le plan de gestion. Une fois le dossier complet validé par le CNBFPM, il est transmis au Président de la République qui décide, seul, de son dépôt ou non auprès des instances internationales de l’UNESCO.

Au niveau international, c’est l’ICOMOS qui est chargé de l’instruction des candidatures. Elle dure au minimum 18 mois.

 

// Un dossier qui avance à bon rythme


Le dossier de candidature du phare de Cordouan est actuellement toujours en cours d’élaboration. Mais plusieurs étapes ont déjà été franchies au niveau national.


# Etat d'avancement de la candidature du phare 


La démonstration de la valeur universelle exceptionnelle et la définition du périmètre du bien et de la zone tampon ont été validées au niveau national.


// Etape 1 : démonstration de la valeur universelle exceptionnelle


L’argumentaire de la démonstration de la valeur universelle exceptionnelle repose sur deux critères. Le phare est un véritable chef-d’œuvre d’architecture construit en pleine mer. Il a été pensé à la fois comme un ouvrage de signalisation maritime et comme un monument digne des anciennes Merveilles du Monde. Il témoigne de l’ingéniosité des hommes à construire un monument de la plus haute ambition artistique au sein d’un environnement maritime inhospitalier.

Cordouan c’est aussi le phare de toutes les époques. Il représente à lui seul les grandes phases de l’histoire des phares, du mythique phare d’Alexandrie aux innovations techniques et technologiques les plus pointues.

Cette première partie du dossier a été présentée à Paris en juin 2016, puis complétée en janvier 2017. Le CNBFPM a émis un avis favorable, validant ainsi la première étape.


// Etape 2 : définition du périmètre du bien et de la zone tampon


La deuxième étape consiste à définir précisément le périmètre du bien et la zone tampon, c’est-à-dire une zone de vigilance autour du bien pour éviter toute atteinte à l’intégrité et l’authenticité de ce qui constitue la valeur universelle du phare.

Le 10 avril dernier, le cabinet GRAHAL* a proposé pour le bien un périmètre intégrant le monument, le plateau rocheux, les passes de navigation et les bancs de sable. La zone tampon s’étend quant à elle sur les rives de l’embouchure de l’estuaire, et en mer elle s’arrête lorsque le faisceau rencontre la limite des eaux territoriales.

Le CNBFPM a, de nouveau, émis un avis favorable.


// Prochaines étapes…


Les premières étapes ont été franchies avec succès, mais il y a encore du travail ! Il reste notamment à élaborer un plan de gestion. C’est l’ensemble des mesures de gestion et des actions que l’on s’engage à mener sur le long terme pour conserver et préserver le bien. Le but étant d’apporter à l’UNESCO toutes les garanties d’une bonne gestion.

Ce travail est l’occasion de réunir autour de la table tous les acteurs du territoire.

Une fois le dossier complet validé par le Comité national des biens français, seul le Président de la République décidera du dépôt de la candidature auprès des instances internationales de l’UNESCO.







Rejoignez-nous sur Facebook  :

 



* le cabinet GRAHAL a été chargé par la DRAC Nouvelle-Aquitaine de nous assister dans la rédaction du dossier.